La promotion des investissements et des partenariats public-privé un facteur essentiel à l'essor du tourisme africain.

À la veille du Forum mondial de l'investissement du tourisme qui se tiendra dans la capitale Abidjanaise, Côte d'Ivoire, du 20 au 22 février. L'entreprise de promotion touristique "VoyagesAfriq" souhaiterais porter à la connaissance du grand public son éditorial de janvier qui met en avant le rôle central de l'investissement dans le développement du tourisme en Afrique.

Il est important de mentionner que le forum mondial d'investissement dans le tourisme est sous la tutelle de l'organisation mondiale du tourisme (OMT) et du gouvernement ivoirien par le biais du ministère du Tourisme et des Loisirs.

La croissance du tourisme en Afrique au début de la décennie actuelle devrait doubler. Le potentiel de ce secteur sur le continent est encore très peu exploité. Il offre la meilleure option à coût réduit afin de faciliter le travail des gestionnaires des économies.
Le tourisme est l'un des principaux moteurs de la croissance économique. Il suscite la création d'emplois dans les économies émergentes.

Le tourisme africain à besoin d'une injection de capitaux pour réaliser son plein potentiel.
Les experts prédisent que les pays africains pourraient multiplier par quatre à onze les bénéfices touristiques provenant des zones protégées au cours de la prochaine décennie.

Le Secrétaire, général de l'OMT, Zurab Pololikashvili, affirmait avec sérénité lors du 11e Investour qui s'est tenu cette année dans le cadre de FITUR en Espagne
“Les investissements dans le secteur seront un élément central de cet objectif.

De l'infrastructure au développement des ressources humaines, les capacités techniques et le marketing nécessiteront une injection substantielle de capitaux pour assurer la viabilité du secteur.”

Selon le secrétaire général de L’OMT. Les institutions gouvernementales doivent encourager les partenariats publics/privés pour garantir les investissements nécessaires dans le secteur.

VoyagesAfriq, ne reste pas en marge des idées de monsieur zurab raison pour laquelle est à pour mission d’attirer des millions des personnes issues du monde des affaires à travers une structure.

Une structure qui doit etre mise en place avec fermeté.
Il est courant que la plupart des pays africains manquent d'infrastructures de base ainsi que de capacités (humaines et matérielles) pour les mettre en place. Alors que les touristes affluent sur le continent, le besoin urgent d'installations d'hébergements,de restaurants, de transports et d'autres services auxiliaires de classe mondiale s’impose.

La forte demande de main-d'œuvre qualifiée exige également la création d'institutions d'accueil pour combler le vide.

Les investisseurs ont besoin d'incitations pour les encourager à donner le meilleur d'eux-mêmes. Il convient donc de mettre en place des mesures d'incitation telles que des exonérations fiscales et d'autres politiques de motivation pour inciter les investisseurs ciblés à réagir positivement. Ces strastegies permettront de combler le déficit en matière d'infrastructures et d'autres dispositions telles que les transports routiers, aériens et maritimes, sans oublier la simplification des exigences en matière de visas, entre autres.

Le gouvernement de la Côte d'Ivoire devrait être félicité pour la table ronde qui s’est tenue à Dubaï en 2019 afin d'attirer les investisseurs dans le secteur du tourisme dans ce pays d'Afrique de l'Ouest.

Le lancement par le gouvernement ghanéen de l'initiative "beyond the return" est également louable, car elle vise à encourager les diasporas à considérer les investissements dans le tourisme comme l'ensemble de l'économie ghanéenne.

Selon un document de travail publié par Space for Giants et Conservation Capital, l'apport de capitaux du secteur privé dans des zones protégées sous-financées permettra à ces zones de tirer profit de l'intérêt croissant pour un tourisme non-consommateur basé sur la nature. L'augmentation des recettes qui en résultera et la stimulation d'un développement local et national durable se feront sans épuiser les finances de l'État.

Le document de travail explique ensuite que 80 % (67 millions) des touristes en Afrique subsaharienne se rendent en Afrique pour observer la faune et la flore sauvages. Le nombre de ces visiteurs devrait doubler pour atteindre 134 millions d'ici 2030, générant ainsi 260 milliards de dollars.
Le ministre du Tourisme de la Côte d'Ivoire Siandou Fofana et le secrétaire général de l'OMT ont signé un accord pour l'accueil du Forum mondial d'investissement dans le tourisme à Investour
Le tourisme représente déjà 8,5 % du PIB de l'Afrique et fournit 24 millions d'emplois. En outre : Brookings cite que "l'industrie du tourisme offre de nombreuses possibilités d'investir dans les riches communautés locales d'Afrique, de générer une activité économique et de créer des opportunités d'emploi pour les femmes et les jeunes. D'ici 2030, les dépenses de consommation dans le secteur de l'hôtellerie et des loisirs en Afrique devraient atteindre environ 261,77 milliards de dollars.

Afin de tirer parti du potentiel touristique, des politiques et des entreprises, les dirigeants doivent travailler main dans la main pour établir des priorités d'investissement afin de tenir compte des innovations entrepreneuriales visant à attirer davantage de voyageurs dans leur pays.
Les responsables politiques devraient également améliorer la gouvernance grâce à une meilleure coordination des efforts entre les agences afin de simplifier les réglementations et de supprimer les obstacles au développement du tourisme pour attirer les investisseurs et promouvoir les destinations touristiques.

Compte tenu de ce qui précède, il est réconfortant de dire que la promotion des investissements fait partie du programme en dix points pour l'Afrique et que les États membres sont encouragés à ouvrir leurs économies aux investisseurs dans le secteur du tourisme.

Cette année, l'OMT, avec ses partenaires IFEMA et CASA Africa, a organisé le 11e Forum d'investissement dans le tourisme et les affaires (INVESTOUR) pour encourager les investissements dans le secteur du tourisme sur le continent africain.

Le Secrétaire général de l'OMT, Zurab Pololikashvili a une fois de plus démontré son engagement envers le développement du tourisme dans la région et se joindra au ministre hôte Siandou Fofana et à d'autres experts de haut niveau pour discuter et attirer les financements nécessaires dans le secteur.

Subscribe to our daily newsletter to follow industry trends and innovation as we crave to deliver the missing link in the travel media trade.

Share on Facebook
Share on Twitter
Share on LinkedIn
Share on WhatsApp

Suggested Post

Close Menu